QUE VOILÀ UN PRIX BIEN MÉRITÉ...

par René Dovaz, 4 février 1967 (in Musique vivante - Musique en liberté, p. 150)

Mon cher Vuataz […]

Que voilà un « Prix » bien mérité et par ta musique et par l’incessant combat que tu as mené sur les ondes et ailleurs, au profit de ce qui est une partie essentielle de notre vie. Et puis, il ne faudrait pas oublier ces « Initiations » dont j’ai eu le plaisir de te charger, autrefois, un autrefois dont je déplore l’inévitable disparition […] Je tenais à te dire mon admiration et mon amitié.

René Dovaz